Archives du mot-clé patriarcat

« Ça va, il t’a pas violée non plus »

La première question a été: Est-ce que ça vaut vraiment la peine d’en faire un article? Et puis je suis rentrée, j’ai allumé mon pécé, et la vraie question s’est imposée à moi, sur fond d’écran bleu et lumineux: Est-ce que c’est mieux d’exprimer ma colère avec des mots ou en hurlant sur la voisine du dessus parce que son lit craque depuis 23h la veille?

Donc me voici. Le terme correct pour… peu importe ce que c’est serait sûrement plutôt « billet d’humeur » que véritable « article ». Je ne suis point journaliste, parfois j’ai le coeur et les tripes qui s’excitent et partager c’est cool (mais attention, je ne suis pas une hippie) J’allais dire « ça va vous énervez pas » mais c’est le propre des hippies. BREF. La semaine a été pénible. Il a fallu gérer plein de choses, des tâches administratives aux émotions internes, tout en même temps. Ayant toujours fui les responsabilités dites d’adultes, la semaine s’est terminée avec le souffle court. Le tas de bullshit n’a fait que grandir et grossir, graduellement, à mesure que les jours passaient. Je passe sur les détails de ma vie, et nous voilà déjà à Vendredi.

Vendredi, je pars chercher des croquettes pour chat aux Berges de la Garonne avec une copine. Ne posez pas de questions. C’est une histoire incongrue qui a commencé avec un trajet en tram. Un tram dans lequel une campagne contre le harcèlement dans les transports en commun avait fait parler d’elle (à juste titre). Un tram dans lequel j’étais assise et dont j’ai du sortir plus tôt parce que j’étais en train de me faire emmerder. La météo? mi-figue mi-raisin. Le trajet? Doyen Brus – Gambetta. Le motif? Une mini-jupe à carreaux. Là, tout de suite, j’hésite. Est-ce que demain on va me dire qu’il ne faut pas mettre tous les hommes dans le même panier? Est-ce que demain je vais être qualifiée de castratrice et accusée d’oublier les hommes qui luttent activement dans le féminisme pour une seule mésaventure? Mais aussi: Est-ce que ça aide les autres à en parler tout ça? C’est possible. Tant pis, trop tard.

Vendredi, j’étais dans le tramway, ligne B, un peu avant 17h. Peu avant la fin de mon trajet, à Victoire, un homme monte tout à l’avant, juste devant moi. Le regard fixé sur mes cuisses. Je suis mal à l’aise, mais je ne bouge pas, pas question de me recouvrir pour un type qui a confondu mes jambes avec un étalage de fruits frais au marché du Dimanche. J’essaie de garder une contenance, mais je commence à avoir la nausée. Je le fixe comme pour lui demander d’arrêter. Dix secondes plus tard, il recommence, et me fait un clin d’oeil. Je me lève pour sortir au prochain arrêt. L’homme me regarde, et se mord la lèvre inférieure, un peu comme Bella dans Twilight, l’innocence et le charme en moins. Je bredouille un « C’est bon, ça suffit là ». Et puis il commence à rire. L’humiliation. Je sors, et il me dit « C’est bon ça ». Je rétorque un petit « ta gueule » des familles, lui fait un doigt d’honneur avec mon majeur encore entier, et marche le plus rapidement possible. Bien sûr, pas peu fier de m’avoir excédée, l’homme continue à rire, et me fixe à travers les fenêtres du wagon, jusqu’à ce que je sois hors de vue.

29004316_360506097783402_1354400644_n

Un morceau de la jupe incriminée, et beaucoup d’herbe (parce que c’est joli)

Concrètement, pourquoi ça m’énerve? Pas parce que j’ai dû descendre trois arrêts plus tôt. J’adore marcher. C’est le sentiment d’impuissance, de honte et d’humiliation qui subsiste. Parce que je ne pouvais rien y faire. Hurler peut-être. Et passer pour une hystérique qui ne supporte pas un simple regard. J’aurais privé un homme de sa liberté d’importuner. Peut-être me manque-t-il de l’empathie. Peut-être que moi, avec ma mini-jupe, je ne fais que raviver les tisons de la misère sexuelle de ce pauvre monsieur qui, voyant un corps dévoilé, n’a pu faire autrement que de considérer mon corps comme un pot de 500 grammes de houmous (vous sentez la meuf végé qui refuse d’utiliser le terme « morceau de viande » ou ça reste discret?). J’avais l’intérieur des côtes brassé, les dents qui grincent, mais j’ai rien dit. Tant que c’est pas physiquement violent, finalement, est-ce que ça nous intéresse?

J’ai pleuré sur le reste du trajet. Parce que je pleure beaucoup, la plupart du temps quand je rigole d’ailleurs. Mais là, c’était autre chose. J’étais pas triste non plus. Par contre, je contenais un maximum de rage dans 172 centimètres de hauteur de corps. Il m’en aurait fallu beaucoup plus. J’ai essayé de me dire que c’était pas grave. Que c’était « juste un mec dans un tram, une fois ». Et franchement, j’aimerais bien. C’est pas tant qu’on me regarde qui me dérange. C’est juste cet irrespect dégoulinant d’un type qui s’octroie le droit de poser ses yeux sur moi – ou plutôt sur ma jupe, on va pas se mentir il doit même pas se souvenir de mon visage – comme sur un objet sur lequel il va pouvoir se masturber toute la soirée. Pardonnez mon langage. C’est les mots « proie » et « fille facile », « salope » et « pute » qui s’affichent en lettres rouges dans ces regards. Bien sûr, j’ai pu en parler plusieurs fois dans la soirée, j’ai fait un périple en tram, cette fois-ci accompagnée, j’ai bu une bière et consommé du THC, et puis je suis partie à une conférence gesticulée sur le consentement et la culture du viol avec des copines, et jamais le thème n’avait été autant en adéquation avec la journée. J’y reviendrai plus tard à cette conférence, c’était le FEU !

Ce qui s’est passé cette semaine, c’est que j’étais très triste et un peu en colère, et puis maintenant, je suis surtout en colère. Une colère à laquelle je laisse libre cours dans mes stories Instagram parce que ça permet la dénonciation immédiate, et OUI, ça me soulage d’avoir des messages de soutien immédiat. Il y a une heure, je suis sortie courir pour transformer tout ça en énergie positive. Et je me suis faite klaxonner. C’était plus bref que ma mésaventure de Vendredi. Mais ça n’a pas été mieux vécu. Juste un coup de klaxon venant d’un Picasso gris avec deux mecs dedans qui se marrent. Parce qu’ils m’ont fait peur, parce que la vulnérabilité d’une meuf en legging c’est probablement hilarant. Parce que quoi faire, de toute façon? Ils sont en voiture, ils ont déjà disparu avant que j’ai le temps de me retourner. Et puis, me retourner pour dire quoi?

J’entends encore – et de tous genres confondus – des propos de cet acabit, dans des situations similaires:

  • « Et alors? Ça va c’est rien il t’a pas agressée non plus »
  • « Franchement y a pire, t’abuses »
  • « Tu devrais être flattée, ça veut dire que tu plais »
  • « En même temps t’as vu comment t’es bonne? »
  • « Non mais les meufs aujourd’hui on peut plus rien vous dire »
  • « Ça t’avance à quoi de te victimiser comme ça? »

Comme cela a été précisé Vendredi soir, lors de la conférence, le contraire de « victime », c’est pas « fort ». C’est « agresseur ». Être victime d’une agression, quelle qu’elle soit, ne fait pas de moi quelqu’un de faible. Dire qu’on a été victime de harcèlement, c’est pas « ouin ouin les violons Audrey m’a volée mon goûter à la récré » (d’ailleurs Audrey, si jamais tu lis ça, je t’en veux toujours de m’avoir chourée mes cookies en 2002).

Ensuite, le fait qu’il ne m’ait pas touchée ne rend pas l’acte moins violent. Je sais, il y a des femmes qui passent au-dessus, qui n’y prêtent pas attention, et qui sont considérées comme plus fortes ou super badass. Et franchement, j’aimerais bien que ça me touche un peu moins. Mais ça pique et ça fait des hauts-le-coeur.

Le fait que je sois « bonne »… ouais non parce que je suis pas un muffin au chocolat en fait. Pareil, j’aimerais trop. Mais non, si tu croques, déjà je hurle, et ensuite ça saigne. C’est à tes risques et profits.

Pour ce qui est du reste, je passe. Alors peut-être que c’est parce qu’on est Dimanche, parce que la grêle tape contre ma fenêtre, parce que j’ai la migraine que je prends ça tellement à coeur. Peut-être que c’est dans mon tempérament et que ça m’empêche d’avoir les idées claires. Ou peut-être que c’est juste arrivé. J’aurais pu faire une liste de tous les événements similaires auxquels j’ai été confrontée depuis mes 12 ans (parce que je n’ai pas de souvenirs d’avant). 12 ans, c’est la moitié de ma vie. C’est aussi l’âge auquel j’ai crée mon premier blog sur playmoa.com pour déclarer ma flamme à Julien, mon amoureux de l’époque.

Un jour je sortirai avec ma mini-jupe à carreaux, toute seule, sans avoir besoin d’un accompagnateur pour justifier pareille tenue et pour pouvoir marcher tranquille sur les pavés d’Hôtel de Ville. Et puis j’aurai les seins presque à l’air libre, et si on me regarde, ce sera discrètement, et si on me salue, ce sera respectueusement. En attendant, je garde mon étiquette de salope, et je ne m’en accommoderai plus, mais la brandirai fièrement, en même temps que mon majeur. Et, pour citer une amie: « j’te croise dans la rue même pas j’te donne l’heure »

 

Publicités