« De toute façon avec toi on peut plus rien dire »

Citation: N’importe quelle personne à qui j’ai demandé d’arrêter de faire des blagues oppressives.

Bon. Ça fait un petit moment que je ne suis pas venu·e par ici, j’ai préféré être oisif·ve (prononce-le dans ta tête tu vas voir c’est marrant), me faire manger par les moustiques dans le Vaucluse et manger des graviers sur les routes de Pessac parce que j’ai roulé dans un nid-de-poule que j’ai pas vu parce que j’ai toujours pas de lumières sur mon vélo.

Bonsoir.

Si vous avez la chance de me connaître dans la vie, la vraie, vous n’êtes pas sans savoir que j’aime bien rire, et que quand ça arrive, c’est aussi discret qu’un tank qui traverse la banquise.

Lire la suite

Publicités

« T’es jolie mais faudrait que tu fasses plus de sport »

Citation d’Antoine B., 31 ans, mon copain de l’époque

Le crops. Coprs. Copors. Corps. Un mot bien orthographié au bout du quatrième essai. Un mot qui vit, un mot qui dit une chose qu’on fait souffrir tôt. Souvent. Beaucoup. Le corps est singulier parce qu’on en a qu’un – sauf si tu es très riche et que tu peux t’en acheter un deuxième et dans ce cas peut-être as-tu de la chance, ou peut-être que si tu l’avais aimé mieux ton corps, tu aurais pu garder tes sous pour les donner aux animaux qui souffrent dans les refuges. Mais je m’égare.

Au même titre que « la Fâme », je devrais dire « les corps ». Si je dis « un », je dis qu’il n’y a que lui qui a le droit d’exister, et celui qui a droit d’exister, c’est celui qui est blanc et qui est mince. Je vais partager mon expérience de meuf blanche cis dont la pratique est hétéro (pratique différente de l’orientation mais on n’est pas ici pour en discuter aujourd’hui), en gros je doute que vous y appreniez quoi que ce soit, mais « on est en démocratie ici, et la liberté d’expression alors?! » comme dirait n’importe quel groupe réac de droite, bien que ce soit un pléonasme. J’accepte par ailleurs que, par la suite, on vienne me balancer mes privilèges dans la tronche parce que, comme d’habitude, suis-je vraiment légitime ?

Lire la suite

« Ça va, il t’a pas violée non plus »

La première question a été: Est-ce que ça vaut vraiment la peine d’en faire un article? Et puis je suis rentrée, j’ai allumé mon pécé, et la vraie question s’est imposée à moi, sur fond d’écran bleu et lumineux: Est-ce que c’est mieux d’exprimer ma colère avec des mots ou en hurlant sur la voisine du dessus parce que son lit craque depuis 23h la veille?

Donc me voici. Le terme correct pour… peu importe ce que c’est serait sûrement plutôt « billet d’humeur » que véritable « article ». Je ne suis point journaliste, parfois j’ai le coeur et les tripes qui s’excitent et partager c’est cool (mais attention, je ne suis pas une hippie) J’allais dire « ça va vous énervez pas » mais c’est le propre des hippies. BREF. La semaine a été pénible. Il a fallu gérer plein de choses, des tâches administratives aux émotions internes, tout en même temps. Ayant toujours fui les responsabilités dites d’adultes, la semaine s’est terminée avec le souffle court. Le tas de bullshit n’a fait que grandir et grossir, graduellement, à mesure que les jours passaient. Je passe sur les détails de ma vie, et nous voilà déjà à Vendredi.

Lire la suite